TERRE

Le bois des mêmes chênes qui nourrissent les bœufs avec leurs glands et leurs pousses servira à allumer le feu dans lequel leur viande sera rôtie. Sous le même sol où nos vignes prennent racine, les vins qui en naissent sont conservés dans l’une des deux cents caves qui composent ce Jimenez de Jamuz souterrain de caves et d’abris secrets. L’argile des murs de notre restaurant est la même que les maîtres potiers, héritiers de l’art de l’argile que les Mozarabes ont perfectionné dans cette région, utilisent pour façonner les plats qui attendent déjà la viande sur nos tables. De haut en bas, dans les champs et dans chaque recoin de notre grotte, tout commence, se termine et recommence sur terre.